Timbre 800 ans de la cathédrale d’Amiens

A2min

Administrateur
Membre du personnel
En 1220, sous le règne de Philippe Auguste, la première pierre de la cathédrale d’Amiens est posée par son évêque, Évrard de Fouilloy. Amiens est alors une ville prospère qui tire une grande partie de sa fortune du monopole de la culture de la guède, plante tinctoriale dont est issu le bleu pastel. Il s’agit de bâtir pour cette ville en expansion un édifice religieux à sa mesure, sur les ruines de la vieille cathédrale romane qui vient d’être ravagée par un incendie. Chef-d’œuvre de l’art gothique classique, mais annonçant déjà le style rayonnant, le bâtiment s’élance vers le ciel, avec élégance et légèreté. Longue de 145 m, haute de 42 m, la cathédrale d’Amiens est la plus vaste de France et pouvait, avec ses 7 700 m², accueillir la totalité de la population de la cité ! Elle était également la plus haute du royaume, avant que celle de Beauvais ne la dépasse. Cette « Bible de pierre » (Victor Hugo) a été construite en trois phases, de 1220 à 1236 pour la nef, de 1236 à 1247 pour le chœur, avec achèvement de la flèche en 1288. Pas moins de trois maîtres d’œuvre se sont relayés sur ce chantier titanesque, Robert de Luzarches, Thomas de Cormont puis son fils Renaud. Sur un modèle de croix latine, orientée en direction de Jérusalem, elle abrite les reliques de saint Jean-Baptiste rapportées dans la ville en 1206, à l’issue de la quatrième croisade. Du haut de ses tours, elle a vu passer huit siècles d’histoire : elle fut le témoin du mariage de Charles VI, transformée en temple de la Raison sous la Révolution, bombardée par les Allemands en 1918. Inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1981, elle continue de veiller sur la ville d’Amiens et d’élever les hommes qui la contemplent.

timbre-800-ans-de-la-cathedrale-d-amiens.jpg
 
Haut