Armistice 1914-1918

A2min

Administrateur
Membre du personnel
11 2008 : quatre-vingt-dix ans sont passés depuis que les plénipotentiaires alliés et allemands se sont réunis le 11 novembre 1918 à 5 h 15, dans l'intérieur feutré d'un wagon stationné dans la clairière de Rethondes en forêt de Compiègne, pour signer l'armistice de la Première Guerre mondiale. Effectif à 11 heures, le cessez-le-feu qui s'en suivit marqua la fin de la Grande Guerre et la capitulation de l'Allemagne. Après quatre ans de batailles acharnées, le bilan était lourd : 8 millions de morts, 6 millions d'invalides et de gueules cassées, des pays exsangues. Depuis, de nombreux hommages ont été rendus aux Poilus, noms donnés aux soldats français de cette guerre. La première célébration en 1919 fut discrète, avec l'organisation d'une simple cérémonie dans la chapelle des Invalides en présence du général Foch. La suivante, en 1920, fut consacrée pour la première fois aux soldats non identifiés morts sur le champ de bataille et dans les tranchées. À cette occasion, la dépouille d'un soldat inconnu fauché dans la fleur de l'âge à Verdun fut déposée sous l'Arc de triomphe à Paris. Une flamme du souvenir, ravivée tous les soirs à 18 h 30, brûle depuis 1923 sur cette tombe. À cette date, le 11 novembre avait déjà été institué comme jour férié en France, en Belgique et au Canada. Aujourd'hui, ce jour de souvenir est l'occasion de faire revivre chaque année un volet particulier de la Grande Guerre. En 1989, les cérémonies du 11 novembre furent associées à la mémoire de la Révolution française, celles de 1992 furent consacrées aux troupes coloniales, celles de 2003 commémorèrent le 85e anniversaire de l'armistice de 1918 et le premier allumage de la flamme du souvenir par André Maginot... Cette année, le 11 novembre mettra l'accent sur le sacrifice de la jeunesse et les souffrances des populations civiles.

armistice-1914-1918-4322.jpg
 
Haut